page de garde éthiqueversion PDF téléchargeable 

 

 

RAPPEL

*****************************************************************************

 

Les membres de FERMACULTURE font  le choix de se rassembler pour l’accomplissement de leurs buts communs afin de garantir l’avenir des générations futures. Notre Association vise notamment à  :

  • Préserver des écosystèmes naturels et créer des espaces permacoles.
  • Rendre accessible à tous la vie organisée dans une approche plus respectueuse de l’Homme et de la Nature.
  • Penser des systèmes vertueux et les appliquer à nos organisations.
  • Favoriser la créativité de chacun, développer de nouveaux savoirs, les expérimenter.
  • Constituer un recueil de connaissances favorisant l’émergence du monde de demain.
  • Former le plus grand nombre à ces nouvelles pratiques et modes de pensée.
  • Développer et conserver le lien entre les individus à travers la solidarité et le partage.
  • Repenser l’économie et la mettre au service de l’Homme et de la Nature.

L’association  FERMACULTURE est créée pour développer des  systèmes harmonieux pour l’Humain et la Nature conçus au travers de valeurs communes ici décrites. Ce document  constitue donc le texte fondateur de l’éthique de l’association et garantie un monde bienveillant. Pour FERMACULTURE, il est nécessaire de promouvoir ces principes auprès de tous les publics et ce, dès le plus jeune âge, au travers notamment d’une éducation respectueuse et bienveillante.

Pour mener à bien ses buts, FERMACULTURE a également fait le choix de se tourner vers les organismes privés afin de construire des partenariats durables et sincères qui lui garantiront une pérennité économique qui apparaît désormais essentielle.

La diversification des sources de financements limite les risques de pression matérielle, contribue à pérenniser les emplois et les actions de FERMACULTURE, et garantit à l’association son indépendance. Ces partenariats sont développés dans une approche cohérente avec les statuts et l’esprit associatif de FERMACULTURE, et devront respecter la Charte des partenaires qui constitue le second texte fondamental de l’association.

 

  1. Principes et valeurs communes

 

  1. Intégrer plutôt que séparer.

 

1.1 La coopération remplace la compétition.

FERMACULTURE fait le choix de changer le regard à porter sur le monde en optant pour l’idée que le mode d’évolution à favoriser est  la coopération. Dans la Nature les éléments s’associent pour former des entités plus complexes abritant des propriétés nouvelles. De la même manière les Hommes peuvent s’apporter mutuellement dans l’échange de leurs différences, des compétences et savoirs accrus par les spécificités de chacun.

1.2. Équilibrer et diversifier.

L’équilibre est le principe de base qui régit les systèmes que l’Association veut promouvoir. FERMACULTURE pense qu’il est important de s’interroger sur les questions de quantité suffisante et optimum. La démesure (en trop ou en trop peu) engendre des dérèglements. Pour que l’équilibre soit présent il faut également une proportion convenable de chaque part de l’ensemble. Cela signifie que chaque élément du système doit être représenté et son absence pourrait conduire à une carence. FERMACULTURE s’emploie donc à intégrer plutôt que séparer ou refuser chaque individu dans ses organisations.

 

  1. Reconsidérer l’Homme.

 

 FERMACULTURE s’engage à promouvoir des modèles  d’organisation pensés dans le but de reconsidérer les relations humaines dans le respect des personnes et de leurs besoins.

 

2.1. Reconnaissance et équité de considération

FERMACULTURE souhaite que chaque élément d’un système soit vu comme interdépendant des autres. Toutes les personnes sont d’importance égale quelque soit leur fonction. FERMACULTURE pense que c’est parce que chaque élément à la capacité de s’adapter à son environnement et par extension aux autres que l’évolution est possible. Partir de l’existant et se donner les moyens de s’harmoniser avec l’ensemble est un comportement qui garantit à la fois l’évolution de l’individu mais aussi celle de l’organisation.

 

 

2.2. Notion de « Bien Commun »

Le “Bien Commun” doit prévaloir, dans le respect des particularités et des faiblesses de chacun. Aucun élément du système ne peut s’octroyer le droit de prévaloir sur un autre et de faire passer ses intérêts personnels en premiers si ceux-ci vont à l’encontre du bien commun.

 

2.3. Connaissance de soi et de l’autre

Pour comprendre le fonctionnement d’un système FERMACULTURE pense qu’il est nécessaire de connaitre chacun des éléments séparément mais aussi comprendre la complexité de leurs relations.

Pour cela FERMACULTURE souhaite un système où chacun puisse être présent et proche des autres dans des relations bienveillantes. L’Association pense que c’est de la méconnaissance de l’autre que naît l’incompréhension qui engendre le conflit. En favorisant des espaces où chacun peut entrer en communication sereinement avec les autres on crée les conditions d’une meilleure tolérance des individus et l’émergence d’une interactivité positive entre tous. Chaque personne a donc le droit a l’expression quelque soit son mode de communication s’il l’exerce dans la bienveillance.

Parallèlement à cela, FERMACULTURE considère que c’est en se connaissant mieux soi-même qu’on peut pleinement contribuer à être un élément qui agit positivement sur l’ensemble du système. Pour savoir comment fonctionner ensemble nous devons également connaitre nos propres spécificités. Ainsi l’Association encourage chacun à exercer sa connaissance de soi s’il le désire.

 

2.4.    Permettre à chaque individu de retrouver son potentiel.

FERMACULTURE part du principe permaculturel selon lequel chaque individu peut rayonner positivement sur l’ensemble et s’épanouir lui-même si ce qu’il vit est révélateur de sa personnalité et de ses talents propres. Aussi FERMACULTURE s’engage à œuvrer pour que les conditions soient au mieux étudiées dans ses organisations pour que chacun puisse y  occuper une place qui soit au plus près de ses aspirations si ses orientations sont formulées dans le respect du bien commun.

 

3. Le cercle vertueux comme modèle.

 

FERMACULTURE souhaite passer d’une évolution linéaire dans les organisations  à un système cyclique. L’Association pense qu’il est nécessaire de s’interroger sur la notion de continuité et de trouver comment transformer les rejets, les pertes, les erreurs, en ressources valorisées pour tous.

FERMACULTURE considère qu’une piste de réflexion à emprunter peut s’inspirer du modèle des périodes comme c’est le cas des saisons :

Les phases de réflexion et d’action s’alternent, les temps de repos et de latence engendrent le renouveau. Progresser pas à pas pour assurer l’ancrage dans le temps des actions menées. S’interroger sur le principe de l’évolution naturelle d’un arbre qui consiste à passer d’un état  accompli, à une chute puis à la renaissance.

 

4. Être gardien des biens communs de l’Humanité.

 

FERMACULTURE pense que les oppositions entre privé et public ou entre marchand et non-marchand sont plus que jamais les enjeux qui conditionneront le visage du monde de demain. FERMACULTURE estime qu’une privatisation de masse du vivant, non raisonnée, est un risque pour la survie de l’Humanité.

C’est pourquoi il apparait tout particulièrement essentiel pour l’Association, de poser comme fondamental l’existence de biens communs à tous, matériels ou immatériels. Ainsi FERMACULTURE marque clairement sa volonté de devenir défenseur des biens suivants.

4.1. Biens matériels

Protéger les biens communs naturels  tels que l’eau,  l’air et la Nature, indispensables à la bonne marche de  ce monde. Leur raréfaction ou privatisation ne semble pas compatible avec un monde en paix.  Par conséquent il incombe à chacun de maintenir la qualité et la disponibilité de l’eau et de l’air.

 

De même, la Nature, dans sa dimension nourricière ne peut être le bien privé que d’une seule poignée d’individus. La biodiversité doit être préservée notamment au travers des semences naturelles et des variétés anciennes. 

 

4.2. Biens immatériels

FERMACULTURE souhaite contribuer à la préservation des biens immatériels tels que  l’Amour, la Liberté, la Beauté… Ces besoins communs sont tout aussi importants que les  besoins physiologiques.   Ainsi chaque individu a le même droit d’accès à ces biens immatériels. Plus récemment, avec l’arrivée des réseaux numériques on constate que la possibilité d’accès à la connaissance partagée via internet prend la forme d’un nouveau commun capable de relier les Hommes. FERMACULTURE considère que cet espace d’échange peut également être hissé au rang de bien commun immatériel. Sa liberté d’accès est donc également particulièrement à soutenir.

 

 

5. Penser, créer, expérimenter.

 

 5.1. L’humain est un être créatif.

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !”   Mark TWAIN.

 

FERMACULTURE croit que les seules limites à nos actes de création résident dans notre manque de connaissance et d’imagination. C’est en incarnant ses rêves au service d’une société meilleure que l’humain garantit son avenir.

C’est pourquoi FERMACULTURE s’engage à se donner les moyens de toujours pouvoir être un vivier de création et d’idées nouvelles et fleurissantes. L’Association veillera également à être un vecteur  de diffusion des savoirs,  savoir-faire et savoir-être qu’elle permettra de faire émerger.

 

5.2. L’intelligence collective

Chacun est capable de produire une idée qui sera source de changement bénéfique pour demain. FERMACULTURE considère que l’intelligence et l’ingéniosité se retrouvent en chacun quelque soit son statut dans une organisation. L’Association s’engage donc à promouvoir et à mettre en preuve sa conviction que tout le monde peut contribuer à améliorer les choses par ses actions et ses idées quelque soit sa place dans l’organisation.

 

 

 6. S’inspirer du génie de la simplicité.

La Nature est la démonstration majeure de ce génie. La simplicité apparente de la vie masque une complexité organisationnelle  proche du génie. FERMACULTURE pense qu’il en va de même pour toute chose bien faite.

C’est le travail de conception en amont de la réalisation concrète qui garantit la pertinence de l’idée mise en œuvre. Ainsi, et comme c’est le cas pour tout design permaculturel, l’observation et la collecte d’informations est le primat de toute action ou décision pour les organisations que souhaite faire vivre FERMACULTURE. 

7. Favoriser la joie.

 

 7.1. Tempérance

FERMACULTURE souhaite voir la quête effrénée de plaisir céder sa place à l’accueil de la joie.

En tempérant les plaisirs vains, artificiels ou irréalistes au profit d’une vision plus humble et centrée sur l’essentiel on peut atteindre quiétude et bonheur

En application dans ses organisations, FERMACULTURE ne cherchera pas à entrer dans une course démesurée de grandeur et veillera à favoriser pour ses structures des modèles de taille raisonnable. 

 

7.2. Vaincre ses peurs

Accueillir la joie permet également de calmer les peurs qui, selon FERMACULTURE sont souvent le berceau de conflits intérieurs ou entre individus. L’inaction est également souvent conditionnée par des craintes car elles tétanisent les prises d’initiatives.

Aussi l’Association souhaite instaurer dans ses organisations un climat de confiance entre ses acteurs. Pour cela, FERMACULTURE veillera à ce que la communication soit un outil permettant de lâcher les peurs et les tensions afin de désamorcer sereinement tout conflit futur. 

De plus, FERMACULTURE pense que la peur de l’échec est culturelle, et par conséquent décide de reconnaître le droit de se tromper comme source d’apprentissage. L’Association encourage chacun à considérer ses échecs comme des graines à faire germer pour atteindre la réussite visée.

 

 8. Être un marqueur positif de l’évolution.

 

8.1. Adaptation

FERMACULTURE croit au principe qui énonce : il n’y a pas de finitude, l’évolution est permanente.

Pour évoluer positivement l’Association  croit également qu’il faut toujours chercher à s’adapter de manière créative au changement. Pour garantir cela, FERMACULTURE sera particulièrement attentive à l’accès à la formation tout au long de la vie qu’elle veillera à promouvoir en son sein et pour le grand public. 

8.2. Leçon des expériences passées

En acceptant  la rétroaction et l’autorégulation on évite de reproduire les erreurs du passé et on change le monde en même temps que l’on se change soi-même.

FERMACULTURE met donc l’accent sur l’importance pour chacun dans ses organisations de pouvoir analyser ses pratiques. Nous pensons qu’en étudiant les dysfonctionnements ou difficultés vécues, on se donne les moyens de trouver les solutions qui éviteront de les réitérer.

  

9. Viser l’exemplarité dans la pratique de ses responsabilités.

 

9.1. Clarté et transparence

Pour FERMACULTURE, s’imposer la transparence des pratiques dans l’action c’est prendre soin d’informer et expliquer les décisions. La confidentialité des propos et des décisions ne peut être valable que si celle-ci est annoncée et que les informations ainsi tenues secrètes restent malgré tout accessibles à un éventuel contrôle imposé par des situations exceptionnelles. Le « parler vrai » s’applique donc à tous et à tout niveau dans les organisations que FERMACULTURE souhaite promouvoir.

 

9.2 Horizontalité

FERMACULTURE s’engage dans un mode de gouvernance horizontale où :

« Les décideurs s’imposent le devoir d’arrêter des choix […] en partageant avec tous les défis, les risques,  les victoires. » (Paul Rivier).

L’horizontalité de la décision ne signifie pas que chacun décide mais que l’on décide ensemble de fixer des cadres de décisions et les responsabilités qui en découlent. Les modes de pilotage ont le devoir de décider et de s’engager à vivre au même titre que tous, les conséquences de leurs décisions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

*****************************************************************************

page de garde partenaire

*****************************************************************************

RAPPEL

 

Pour mener à bien ses buts, FERMACULTURE a fait le choix de pouvoir se tourner vers les organismes privés afin de construire des partenariats durables et sincères qui lui garantiront une pérennité économique qui apparaît désormais essentielle.

L’Association s’inscrit donc dans une volonté de diversification de ses sources de financements. Celles-ci ne sont pas limitées aux subventions publiques, à la générosité du public (cotisations et dons) et aux ressources propres de l’Association (animations, formations, etc…).

FERMACULTURE pense que cette diversification limite les risques de pression matérielle, contribue à pérenniser les emplois et les actions de FERMACULTURE, et garantit à l’Association son indépendance. Ces partenariats sont développés dans une approche cohérente avec les statuts et l’esprit associatif de FERMACULTURE, en veillant tout particulièrement aux questions d’éthique, d’indépendance et d’image de l’Association.

**********************

 

L’ÉTHIQUE DE NOS PARTENARIATS

Ce texte est une annexe de la charte éthique pour un monde bienveillant et présente le cadre stratégique qui garantit la cohérence entre les valeurs défendues par FERMACULTURE et les partenaires à enjeux économiques et/ou financiers. La rédaction de ce chapitre s’inspire en partie de la charte des partenariats de la fédération nationale des associations de protection de l’environnement “France Nature Environnement”.

Ce document n’évoque ni les subventions en provenance de l’Etat, des établissements publics à caractère administratif ou des collectivités territoriales, ni les soutiens financiers venant de fondations ou d’Associations, ni les dons directs des particuliers.

Les partenariats ne doivent affaiblir ni les actions, ni le discours, ni l’image de FERMACULTURE et des ses partenaires. Ils doivent être compatibles avec les valeurs de l’Association décrites dans la charte éthique pour un monde bienveillant, dont la crédibilité interne et externe est essentielle. 

 

  1. Soutenir l’action de FERMACULTURE

 

1.1. Soutenir le développement des projets et actions de FERMACULTURE

 Les partenaires apportent à FERMACULTURE plusieurs types de ressources :

 

– un soutien financier,

– des compétences techniques et humaines,

– éventuellement des prestations en nature (locaux de réunion, mobilier, espaces de communication, …).

Ces ressources sont affectées par FERMACULTURE :

  • à l’animation et à la bonne mise en œuvre des actions prévues dans le cadre du partenariat,

 

  • au soutien de l’action générale de FERMACULTURE. Elles permettent ainsi de fortifier et de développer l’action de l’Association.

 

1.2. Augmenter la notoriété de FERMACULTURE

FERMACULTURE, notamment au travers de ses Parrains, entend développer la diffusion de ses valeurs au plus grand nombre.

Les partenariats peuvent contribuer à la diffusion de l’image de l’Association et développer sa notoriété auprès du grand public, des élus, des collectivités et des acteurs socio-économiques par :

  • l’utilisation des supports de communication des partenaires,

 

  • la participation commune à des évènements (salons, colloques, séminaires, manifestations diverses, …) ou à une campagne de communication.

 

 

 

 

  1. Impliquer les entreprises dans une démarche permaculturelle

 

 2.1. Développer le dialogue avec le monde de l’entreprise

Face aux enjeux environnementaux actuels, l’implication de l’ensemble des acteurs de la société est essentielle. FERMACULTURE a donc vocation à entretenir un dialogue constructif avec tous, y compris les acteurs économiques.

 

2.2. Engager les entreprises partenaires dans des actions concrètes en faveur de l’environnement

Les organismes sont contraints d’appliquer les réglementations en vigueur. Au-delà des exigences légales, les entreprises peuvent choisir de s’engager dans une démarche volontaire en faveur de la protection de l’environnement et de la gouvernance bienveillante que ce soit au sein des entreprises elles-mêmes, en mobilisant par exemple ses salariés autour d’un projet ou d’une action précise ou bien en direction des publics auxquels elles s’adressent. Dans ce cas, FERMACULTURE peut accompagner et valoriser la démarche de l’organisme en devenant son partenaire, dans un cadre précis et sous condition d’engagements de la part de l’entreprise. Le partenaire engage alors des ressources financières, mais aussi des compétences techniques et humaines, dans un objectif d’implication durable en faveur de la protection de la Nature et du respect de l’Homme.

 

  1. Faire émerger une économie respectueuse de la Nature et de l’Homme.

 

 3.1. Aboutir à des  avancées environnementales et humaines.

Confronter des points de vue, favoriser le dialogue et la réflexion entre tous les acteurs en vue de faire émerger l’intelligence collective. Créer des partenariats afin de s’équiper de laboratoires de recherche et d’expérimentation pour développer des savoirs nouveaux et  les rendre opérationnels. Les découvertes et innovations, ainsi crées lors de ces partenariats pourront alors être médiatisées et diffusées, notamment par l’élaboration de documents, de réseau d’échanges ou aussi utilisées dans l’économie réelle ou encore transmis au travers de formations.

 

3.2. Valoriser des produits ou services permacoles

Dans certains cas, FERMACULTURE établira des partenariats pour valoriser des produits ou des services vertueux.

 

  1. Liberté de parole et d’action de FERMACULTURE

 

Un partenariat entre FERMACULTURE et une entreprise ne doit en aucune manière altérer la liberté d’action et de parole de chacun des partenaires, et ce dans les différents domaines où des positions différentes pourraient s’exprimer.

Ainsi, le regard critique de FERMACULTURE reste entier quelque soit l’entreprise partenaire. La liberté d’expression de FERMACULTURE ne saurait être remise en cause.

FERMACULTURE garde son entière liberté pour communiquer ou pour intenter une action en justice contre une entreprise partenaire, une de ses filiales ou des entreprises exerçant sur le même secteur d’activité.

 

  1. Utilisation de l’image de FERMACULTURE

 

Toute utilisation du nom, du logotype ou plus généralement de l’image de FERMACULTURE par un partenaire fait l’objet de procédures et de conditions précises. Les principes généraux sont détaillés ci-dessous :

  • Aucun partenariat avec FERMACULTURE sur un projet défini ne peut servir de caution environnementale à l’ensemble des activités d’une entreprise. De même, aucun partenariat avec FERMACULTURE sur un produit précis ne peut servir de caution environnementale à l’ensemble d’une marque ou d’une gamme de produits.
  • Aucun partenariat avec FERMACULTURE ne peut servir d’argument ou d’élément de communication pour appuyer la création de projets (activités, produits, infrastructures, …) ayant un impact négatif sur l’environnement et sur l’Homme.
  • Toute utilisation du nom et du logotype de FERMACULTURE par l’entreprise est soumise à l’autorisation expresse de l’Association.
  • La valorisation du partenariat doit porter sur les résultats concrets et exemplaires (réalisés ou attendus) issus du partenariat et non sur l’annonce du partenariat en tant que telle.
  • Les supports de communication de l’Association (bulletin, newsletters, communiqués de presse, …) n’ont pas vocation à faire la promotion d’un partenariat, d’une marque ou d’un produit d’une entreprise.

 

  1. Les partenaires de FERMACULTURE

 

 6.1. Activité du partenaire

Conditions minimales 

L’activité de l’entreprise partenaire ne peut se soustraire aux conditions minimales suivantes :

  • le respect des valeurs de dignité humaine, notamment avec le respect des normes et déclarations relatives aux principes et droits fondamentaux au travail et définis par l’Organisation Internationale du Travail,
  • le respect de la législation environnementale et sanitaire en vigueur,
  • la compatibilité de l’objet de l’activité principale de l’entreprise avec la politique défendue par FERMACULTURE, une communication ne comportant ni pratiques commerciales trompeuses ni information environnementale inexacte auprès du public et des actionnaires.

 

Ces éléments sont évalués puis vérifiés par FERMACULTURE en fonction des déclarations de l’entreprise lors de la construction du partenariat. La révélation d’informations contraires aux déclarations de l’entreprise aboutirait à une remise en cause du partenariat.

 

Liste noire / liste blanche ?

Il n’est pas possible a priori de dresser de liste des secteurs d’activité, voire la liste nominative des entreprises avec lesquelles FERMACULTURE peut ou ne peut pas conclure des partenariats. Le choix des partenaires s’effectue au cas par cas, en tenant compte de l’intérêt environnemental de la démarche de partenariat.

Toutefois, il serait paradoxal que l’activité principale d’un partenaire de FERMACULTURE (ou les produits ou services développés pour répondre aux besoins des clients) soit incompatible avec les positions défendues par FERMACULTURE, et plus globalement avec la protection de la nature et le respect de l’Homme.

C’est pourquoi, sauf cas exceptionnel dûment justifié, FERMACULTURE s’interdit de nouer des partenariats avec des organismes dont l’activité principale constitue par nature une atteinte flagrante aux valeurs fondamentales défendues par l’Association.

 

En revanche, nouer des partenariats destinés à favoriser la transition vers une économie plus respectueuse de la Nature et de l’Homme signifie que l’activité initiale du partenaire puisse ne pas être écologiquement parfaite mais qu’elle peut être améliorée sur ces aspects. Pour éviter toute dérive ou confusion, plus l’activité du partenaire est éloignée d’une activité bénéfique pour l’environnement, plus la communication, le suivi et le bilan du partenariat sont rigoureux et restrictifs.

 

6.2. Implication de l’entreprise partenaire

FERMACULTURE s’attache à vérifier que les engagements de ses partenaires sont respectés et que l’implication de ses partenaires ne s’arrête pas à un discours ou à des actions peu concrètes en matière environnementale. Chaque partenariat signé avec FERMACULTURE correspond à un engagement réel de la part de l’entreprise. Trois cas de figure sont possibles :

  • l’entreprise s’engage dans une démarche visant à faire évoluer toute ou partie de son activité vers des pratiques ayant moins d’impacts sur l’environnement,
  • l’entreprise contribue à la réalisation d’un projet initié, piloté et mis en œuvre par FERMACULTURE, en engageant ses compétences techniques et humaines pour ce projet,
  • l’entreprise et FERMACULTURE ont une position commune sur une thématique précise : l’entreprise s’engage à développer avec FERMACULTURE des actions de sensibilisation sur cette thématique.

Autant que possible, FERMACULTURE cherche à concrétiser ces trois aspects.

Le partenariat avec l’Association ne peut pas porter uniquement sur un aspect mineur des activités de l’entreprise concernée. Il ne peut pas davantage aboutir à la promotion d’une activité ou d’un produit, avec mise en valeur de critères environnementaux ne correspondant pas à l’impact environnemental principal de cette activité ou de ce produit.

 

6.3. Distinction  partenaire / donateur

 Les entités qui apportent un soutien financier à FERMACULTURE sans engager de compétences techniques ou humaines dans le cadre d’un projet précis sont dites « donatrices », et non partenaires. Le soutien financier est alors versé sous forme de dons et n’engage ni FERMACULTURE ni l’entité à des contreparties, hormis la publicité du don.

6.4. Notion d’exclusivité

En règle générale, FERMACULTURE ne pratique pas d’exclusivité et peut donc être partenaire avec plusieurs entreprises exerçant sur un même secteur d’activité.

Cependant, FERMACULTURE veille à ce que les périmètres d’action définis dans une convention de partenariat n’empiètent pas sur ceux déjà établis avec un autre partenaire appartenant à un même secteur d’activité. Toutefois des partenariats sur une même action ou un même projet peuvent être noués avec des entreprises exerçant sur un même secteur d’activité si l’ensemble des acteurs en expriment leur accord.

 

  1. La gouvernance des partenariats

 La gouvernance des partenariats correspond à l’ensemble des règles et organes de décision, de transparence et de surveillance qui garantissent aux membres de FERMACULTURE que les partenariats engagés respectent l’esprit des statuts de l’Association, et qui leur permettent de faire entendre leur voix. Il s’agit du système mis en place pour garantir une validation et un suivi optimal des partenariats, fidèle aux statuts, aux positions exprimées et au projet associatif de FERMACULTURE.

La gouvernance des partenariats s’appuie sur :

  • la collégialité de la décision : plus les enjeux d’un partenariat sont importants, plus le collège des décideurs d’un projet de partenariat est étendu. (Consultation de tous les membres des collèges animée par les coordinateurs de collège selon les modalités de leur choix, proposant à chacun de se prononcer sur le partenariat à venir).
  • la répartition claire des responsabilités dans les différentes étapes du partenariat : préparation, négociation, mise en œuvre, bilan, communication.
  • l’information la plus transparente possible auprès des élus associatifs, des membres et du grand public
  • le contrôle et l’interpellation éventuelle sur les partenariats engagés par les administrateurs voire le grand public. Au sein de l’Association, le chargé des partenariats veille au respect des procédures de gouvernance des partenariats.